• Le travail des enfants au XIXème siècle

    Le travail des enfants au XIXème siècle

    Pendant des siècles, la plupart des enfants ont travaillé dès leur plus jeune âge. A la campagne, ils étaient employés aux travaux des champs. A la ville, ils aidaient leurs parents artisans. Le travail se faisait en famille et ils devenaient souvent ce qu'était leur père : paysans, maçons, ouvriers... Ainsi, très jeunes, ils apprenaient le métier.

    Certains enfants, issus de familles nombreuses, étaient placés comme ouvriers dans des fermes ou chez des patrons.

    Seules les familles aisées peuvent envoyer leurs enfants à l'école.

    Au XIXe siècle, le développement prodigieux des machines, l'apparition de nouvelles techniques et l'extension rapide du chemin de fer entraîne des changements très importants en France. 

    L'utilisation de la machine à vapeur se généralise dans tous les domaines d'activités : moissonneuses, machines-outils, trains, bateaux, pompes, métier à tisser...

    Pour répondre à cette demande très forte de construction de machines, la métallurgie se développe rapidement à partir de 1820, la consommation de minerai et de charbon et de fer augmente.

    Des centres industriels faisant appel à une main-d'œuvre importante apparaissent. Les ouvriers y sont regroupés dans de grandes usines. Parallèlement à cette révolution, les petits ateliers familiaux commencent à disparaître.

    Les historiens appellent cette période la "révolte industrielle".

    Des enfants dans les mines

    Pendant longtemps, jusque vers 1880, les enfants ont travaillé dans les mines. Leur petite taille leur permettait de se glisser dans les galeries les plus étroites. Ils poussaient les wagonnets remplis de charbon, au risque de se faire écraser quand, à bout de force, ils ne pouvaient plus retenir la lourde charge.

    Ils subissaient les mêmes risques que les adultes et vivaient dans des conditions effroyables, parfois dès l'âge de six ans. C'est ainsi qu'à Béthune, en 1861, lors d'un accident dans la mine, sur dix-huit morts, on compta sept enfants dont certains avaient juste neuf ans.

    Des journées de 15 heures

    Les conditions de travail sont très pénibles pour tous. Beaucoup d'enfants font partie d'équipe d'adultes ; ils sont soumis aux mêmes horaires et ne sont pas mieux traités.

    Dans les mines de charbon, "la durée de travail est habituellement de onze à douze heures ; elle va jusqu'à quatorze heures et, très fréquemment, on fait une double journée, si bien que l'ensemble des travailleurs restent sous terre en activité vingt-quatre heures, assez souvent même, trente-six heures à la suite."

    A l'usine dès l'âge de 8 ans

    Au XIXème siècle, les usines étant de plus en plus mécanisées, de nombreux postes de travail sont occupés par des manœuvres sans qualification. Dès l'âge de 8 ou 9 ans, les enfants sont employés à ces travaux qu'aucune machine ne peut exécuter à cette époque. Les patrons encouragent le travail des enfants.

    Leur habilité et leur petite taille sont bien utiles pour certaines tâches. Et surtout, un adulte effectuant un travail similaire doit être payé trois à quatre fois plus. Bien souvent, comme leurs salaires ne sont pas suffisants pour vivre, les parents eux-mêmes font embaucher leurs enfants par l'usine.

     


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :