• La Seconde Guerre Mondiale (1939-1945)

    La Seconde Guerre Mondiale

    (1939 – 1945)

     

    Et si j’étais né en 1917 à Leidenstadt*,

    Sur les ruines d’un champ de bataille,

    Aurais-je été meilleur ou pire que ces gens

    Si j’avais été Allemand ?

     

    Bercé d’humiliation, de haine et d’ignorance,

    Nourri de rêves de revanche,

    Aurais-je été de ces improbables consciences

    Larmes au milieu d’un torrent ?


    Né en 1917 à Leidenstadt

    (Jean-Jacques GOLDMAN)


    * Leidenstadt est un mot inventé pour désigner une ville allemande imaginaire dont le nom est formé par deux mots allemands : die Leiden = les souffrances ; die Stadt = la ville.


    Au cours des années 1930, l’Europe se prépare à connaître une nouvelle guerre. Le vendredi 1er septembre 1939, à 4h45 du matin, l’Allemagne nazie envahit la Pologne sans déclaration de guerre. Souhaitant protéger ce pays, le Royaume-Uni et la France ripostent en déclarant la guerre à l’Allemagne nazie le dimanche 3 septembre 1939, respectivement à 11h et 17h. Pourtant, durant tout l’automne 1939 et l’hiver 1940, il n’y a pas de combats : c’est la "drôle de guerre".


    Le vendredi 10 mai 1940, l’Allemagne nazie dirigée par Adolf Hitler (1889–1945) envahit la Belgique, puis la France. L’invasion est tellement rapide que l’armée française, pourtant réputée la meilleure du monde depuis 1918, s’effondre en quelques semaines, à la surprise générale : c’est la débâcle. Les civils quittent alors leurs maisons à pied ou en charrettes : c’est l’exode.


    Le lundi 17 juin 1940, le maréchal Philippe Pétain (1856–1951), âgé de 84 ans, fait un discours à la radio et demande de cesser le combat (« C’est le cœur serré que je vous dis aujourd’hui qu’il faut cesser le combat »). Le lendemain, le mardi 18 juin 1940, à 19h, un général nouvellement promu et peu connu à l’époque, le général Charles de Gaulle (1890–1970), lance depuis Londres un appel à la résistance sur les ondes de la BBC pour redonner de l’espoir aux soldats français : « La France a perdu une bataille mais n’a pas perdu la guerre ! ». Ce dernier est soutenu par le nouveau Premier ministre britannique, Winston Churchill (1874–1965).


    Le samedi 22 juin 1940, le maréchal Pétain, le "Héros de Verdun", signe l’armistice à Rethondes entre la France et l’Allemagne nazie, dans le wagon où l’armistice de la Première Guerre Mondiale (1914–1918) avait été signé… La France est battue !


    Le régime de Vichy commence à mener une politique de collaboration avec l’Allemagne nazie. Les Juifs doivent désormais porter l’"étoile jaune" et le jeudi 16 juillet 1942, des milliers de familles juives sont arrêtées lors de la rafle du Vel d’Hiv. Mais certains Français vont suivre le général de Gaulle et la Résistance va commencer à s’organiser en France, notamment avec Jean Moulin (1899–1943), qui est l’un des héros de la Résistance.


    Suite à l’attaque de leur base navale à Pearl Harbor le dimanche 7 décembre 1941 par le Japon, les États-Unis entrent en guerre aux côtés des Anglais et des Français. Le mardi 6 juin 1944, les Alliés débarquent sur les plages de Normandie, prenant ainsi les Allemands par surprise : c’est le "D-Day", le "Jour J", "Le jour le plus long".


    Quelques semaines plus tard, le samedi 19 août 1944, Paris se soulève et est libéré le vendredi 25 août 1944. Le général de Gaulle défile triomphalement le lendemain sur les Champs-Élysées et déclare : « Paris outragé, Paris brisé, Paris martyrisé mais Paris libéré ! ». En septembre 1944, de nombreuses villes françaises sont également libérées.


    L’Allemagne nazie recule et capitule le mardi 8 mai 1945 à 23h01 à Berlin (l'armistice n'est toujours pas signé encore aujourd'hui !). C’est la fin de la guerre en Europe. Le Japon capitulera quant à lui le dimanche 2 septembre 1945, soit six ans après le début de celle-ci. La Seconde Guerre Mondiale est terminée mais elle aura fait plus de 50 millions de victimes…


    C’est la raison pour laquelle il ne faut pas oublier ces événements marquants qui se sont déroulés au XXe siècle car, selon Winston Churchill, Premier ministre anglais durant la guerre, "Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre"…


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :